Quel univers passionnant que celui de la com’ ! Chaque semaine, des campagnes toujours plus créatives sont créées et il devient difficile de suivre toute l’actualité. C’est pourquoi, chaque semaine la Minute Com’ souhaite mettre en lumière trois campagnes récentes qui se sont démarquées sur la toile !

1. On commence cette Minute Com’ avec Reebok qui présente une collection pour l’anniversaire du film “La Haine” !

 

Si je dis “film culte de Mathieu Kassovitz”, vous me répondez… ? La Haine bien sûr ! Ce film, toujours dans l’ère du temps quant aux problématiques qu’il soulève, fête en 2020 ses 25 ans.

Et c’est pourquoi Reebok a décidé de rendre hommage à ce film, devenu culte, en sortant une collection capsule. Mais cet hommage est surtout transmis au travers d’un clip réalisé par l’agence We are Young. Ce film met en scène 3 hommes à Clichy-sous-bois, et en noir et blanc évidement comme le film original.

Dans ce spot rien a été laissé au hasard. En effet, les 3 personnages représentent Vinz, Saïd et Hubert et réinterprètent les scènes emblématiques du film.

 

 

Pour sa collection capsule, Reebok a réédité les baskets portées par le trio lors du tournage. À savoir la Leather OG, la NPC Crest OG et la NL Paris. Mais surtout, la marque a mis ces modèles aux enchères le 21 septembre dernier au profit de l’association ONE, basée à Chanteloup-les-Vignes où a été tourné le film.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Louis Chdn (@lschdn) le

 

La collection capsule de Reebok comprend aussi des hoodies, des sweats, des coupes-vent, des t-shirts. Mais aussi des casquettes ainsi que des chaussettes. Et pour ne pas faire les choses à moitié, Mathieu Kassovitz lui même a été convié au projet et a ainsi participé au design des produits.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cyclones Magazine (@cyclonesmag) le

 

Pour la vente, Reebok a aussi rebondi sur les 40 ans de Courir en mettant sa collection en vente que dans cette enseigne. Reebok, la marque phare du mouvement hip-hop a réussi un coup de maître. Entre une campagne mettant à l’honneur un film culte pour toute une génération,  une vente aux enchères et un choix de vente réfléchi, on peut dire que la campagne est une pure réussite de A à Z !

 

2. On continue cette Minute Com’ avec Lego qui a dévoilé un globe géant décoré par des créations d’enfants pendant le confinement !

 

Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, nombreuses sont les marques à s’être inspiré du confinement pour dévoiler des projets marketings toujours plus créatifs. Parmi ces marques, nous retrouvons LEGO qui a dévoilé une installation mettant en avant la créativité des enfants durant cette période insolite.

Ce globe de 4 mètres de diamètre, exposée à la LEGO House au Danemark du 6 octobre au 6 novembre 2020, a été composé de 350 000 briques et pas moins de 2 700 heures de travail. Mais il met surtout en lumière des centaines de créations d’enfants afin de faire passer un message d’espoir et de positivité.

L’oeuvre, elle, continue d’évoluer puisque LEGO a mis en place une page spéciale sur son site afin que chacun puisse continuer à faire des propositions. Sur cette page, il est aussi possible d’explorer les dernières créations mettant en valeur le processus créatifs des enfants.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par LEGO House (@legohouse) le

 

Une belle manière de la part de LEGO de mettre les enfants en avant dans cette crise sanitaire. Et surtout de montrer que malgré les idées reçus, les enfants sont toujours aussi créatifs.

 

3. Nous terminons cette Minute Com’ avec l’UNESCO qui se lance dans un combat contre le trafic illicite d’oeuvres d’art.

 

Avant de présenter la campagne de l’UNESCO et de l’agence DDB, il me parait important de remettre cette campagne dans le contexte. Tout d’abord, il faut savoir que le commerce des biens culturels représente environ 60 milliards de dollars chaque année. Toutefois, environ 10 milliards de dollars seraient perdus dû au marché illégal.
Alors, ce marché illicite, qu’est-ce que c’est ? Et bien, le plus souvent, c’est un trafic alimenté par le pillage de zones archéologiques qui donc vont déposséder les peuples de leur histoire et de leur culture.

Il faut aussi noter que depuis 50 ans, l’UNESCO a développé le cadre juridique pour lutter contre ce phénomène. Et s’attèle à y combattre auprès des États membres et des partenaires. Cette convention de l’UNESCO créée en 1970 fête en 2020 c’est 50 ans. C’est pouquoi l’organisation a décidé de mettre en place une campagne mondiale pour sensibiliser le milieu de l’art. Et surtout les acheteurs sur les conséquences désastreuses de ce trafic.

L’agence DDB Paris, partenaire sur ce projet a donc voulu réaliser une campagne presse dans laquelle le message serait de révéler au plus grand nombre le vrai prix de l’art.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par UNESCO (@unesco) le

 

Les 5 visuels, reprenant les codes chers à l’univers de l’art, présentent un objet in situ, intégré dans la décoration intérieur d’un acheteur. Jusque-là, on pourrait croire à une annonce banale. Sauf que, sur le visuel, une accroche franche vient révéler l’envers du décor. Ces accroches, toutes différentes, évoquent le financement du terrorisme, les fouilles illégales, les vols dans un musée. Ou encore la liquidation de la mémoire d’un peuple. Bien que créée, cette utilise toutefois des histoires vraies d’antiquité volées dans chaque région du monde.

Cette campagne, sortie en presse et digital depuis le 20 octobre 2020, s’annonce comme une campagne d’envergure pour un sujet encore trop peu connu mais si important.

 

Sources : Créapills ; La Réclame ; Dans ta pub