Hello la team Smoothee !

 

J’espère que vous allez bien ? Aujourd’hui, comme chaque jeudi, on se retrouve pour la nouvelle Minute Com’ ! Vous êtes prêts à découvrir la sélection des campagnes marketing qui ont marqué notre agence ? Alors c’est parti !

1. On commence cette Minute Com’ avec Levi’s et Ganni qui ont lancés un service digital de location de denim !

 

Levi’s, l’une des marques de denim les plus vendues au monde, s’est associée au magasin de mode danois Ganni. Pourquoi une telle association ? Afin de lancer un service de location de vêtements pas comme les autres…

Longtemps réticente à un monde hyperconnecté, la mode a finalement adopté le digital. Les stratégies marketing des marques de mode démocratisent en effet la vidéo, la réalité augmentée, mais aussi les outils connectés.

C’est pourquoi Levi’s et Ganni se sont associés avec l’agence de consommation connectée SharpEnd pour offrir une expérience « post tap » aux locataires. Et tout cela, grâce à la collection capsule « Love Letter », des jeans upcyclés pouvant être loué pour une durée indéterminée.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Levi’s (@levis) le

 

Cette collection comprend une robe chemise, un jean 501 et une chemise boutonnée. Ces 3 pièces fabriquées à partir de Levi’s vintage et de denim recyclé et la collection sont soutenue par la technologie NFC (Near Field Communication).

Pour le directeur créatif de Ganni, ce partenariat consiste à partager l’amour du denim et à le transmettre. Cette collection est exclusivement disponible via Ganni Repeat, la plateforme de location du magasin, qui pour la première fois étend ses services de location à travers l’Europe et l’Amérique.

 

Chez Hypee Communication, on a beaucoup aimé cette campagne très inventive et prônant un mode de consommation différent !

 

2. On continue avec le drôle de destin de la campagne Coca-Cola : « Plus ouvert que jamais ».

 

Début 2010, Coca-Cola prônait le partage et le bonheur, parfois loin de sa mission initiale. Mais en 2016, le leader du soda décida de recentrer sa communication sur ses produits, avec une apparence et une stratégie inspirée du vintage. Ce virage a quelque peu surpris, alors que les bénéfices de la marque n’ont jamais été autant décriés en tant que boisson sucrée pouvant causer le diabète ou l’obésité…

C’est pourquoi, début 2020, Coca-Cola souhaite remettre un peu de partage dans ses prises de parole, avec un film international nommé « Open », appelant à dépolariser les débats et les peuples. Malheureusement l’épidémie de coronavirus et le confinement ont dû forcer la marque à changer ses plans. De ce fait, en France, nous avons eu droit à une campagne de remerciements maladroite lors du déconfinement, pendant qu’à l’étranger un tour du monde des cuisines plus subtil était opéré.

Quand vient l’été…

On se retrouve alors, en été, avec une promesse de repli temporaire de l’épidémie. Accompagné par 72andSunny Amsterdam, Coca-Cola dévoile début août un film touchant porté par George The Poet. Le rappeur, détaille dans un poème filmé ce que pourrait être le non-retour à la normalité, puisque celle-ci ne pourra être que nouvelle dans un monde post confinement. Le résultat est grisant car bien écrit, bien joué, bien monté et reposant sur un casting juste. Le lien avec Coca-Cola est suggéré à quelques moments seulement. Le film se veut aussi le vecteur de luttes progressistes de l’époque comme le féminisme, l’écologie et l’inclusivité, sans pour autant que la marque s’invente un rôle prépondérant dans ces causes.

 

 

Mais au même moment, est sortie une version française de ce film, amputée de plus d’une minute pour rentrer dans le format des 60 secondes. La copie perd l’incarnation de la version originale. George The Poet n’est plus véritablement le narrateur mais un protagoniste au même niveau que les autres, qui semble provenir d’une banque d’image. Exit le plébiscite du leadership féminin « I’ll lead, like a woman” que disait le rappeur en VO. « Travel less and love every mile of it » a bizarrement été traduit par « Et si je voyageais mieux, en profitant de chaque lieu?”. L’humour a également été coupé au montage. Il ne subsiste du poème original qu’une version light, malheureusement beaucoup moins impertinente.

 

 

Et les affiches ?

Dans une continuité quelque peu gênante, les textes du film français ont été déclinés en affiches. Le public comprendra-t-il ces accroches qui semblent issues de la prose d’un slameur amateur ? À condition d’avoir vu le spot, de préférence en VO.

 

 

Dans notre agence, normalement plutôt fan des campagnes Coca-Cola, on admet que cette fois-ci, elle a plutôt fait un flop. La faute aux réglementations française ou à la mauvaise traduction, là n’est pas la question. Mais notre équipe vous incite grandement à voir la version originale.

 

3. Et nous finissons cette Minute Com’, avec Fortnite et sa parodie de « 1984 » d’Apple.

 

Depuis le jeudi 13 août, c’est une guerre de titans qui s’est engagée entre Apple et Google d’un côté et Epic games de l’autre.

Le jeu phénomène Fortnite a été retiré des stores de Apple et Google, après qu’Epic Games a tenté de contourner les systèmes de paiement des commissions dues aux deux entreprises pour siéger au sein de leur boutique d’applications. En effet, les développeurs doivent, normalement, s’acquitter de 30% de commissions sur toutes les transactions opérées par les utilisateurs. Mais Epic Games, lui, a installé un mode de paiement alternatif, qui permet aux joueurs d’économiser de l’argent en contournant les systèmes intégrés par défaut, et obligatoires. Face à cette provocation, Apple n’a pas tardé à réagir en supprimant Fortnite de l’App Store.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Fortnite (@fortnite) le

 

Dans la foulée de son éviction, Epic Games a entamé une action en justice accusant Apple de position dominante et de pratiques « anticoncurrentielles ». Et pour enfoncer le clou, l’éditeur a doublé son attaque d’un coup de com’. À 22h, heure française, le développeur a dévoilé une parodie de la célèbre publicité « 1984 » d’Apple au sein même de Fortnite. Elle-même inspirée du roman 1984 de George Orwell, la publicité prône la résistance et l’émancipation face à Big Brother.

 

 

À la fin de la vidéo, nous pouvons lire le message « Epic Games a défié le monopole de l’App Store. En représailles, Apple bloque Fortnite sur un milliard d’appareils. Rejoignez la lutte pour empêcher que 2020 ne devienne 1984 ». Le Hashtag #FreeFortnite conclue la vidéo. Apple passe ainsi du résistant de ses débuts à l’oppresseu. Le hashtag est d’ailleurs devenu tendance sur Twitter en une heure à peine.

Notre agence valide la vidéo sortie par Fortnite qui est simple tout en étant percutante et efficace. Et on prépare les pop-corns en attendant la réponse de Apple.

 

Et voilà, la Minute Com’ est finie. On espère que les 3 campagnes présentées aujourd’hui vous plairont autant qu’à nous ! Surtout celle de la bataille entre Fortnite et Apple qui se promet d’être riche en coup de communication et de marketing ! En attendant, on se retrouve jeudi prochain, avec la nouvelle Minute Com’, pour découvrir 3 nouvelles actualités du monde fascinant de la communication !

Belle semaine à vous !

 

Sources : La réclame ; Webmarketing&Com