Aujourd’hui nous allons évoquer l’impact du Covid-19 sur le secteur de l’événementiel.

1. Le Constat

 

 

Comme vous le savez, la crise sanitaire a eu de lourdes conséquences sur de nombreux secteurs comme la restauration, le tourisme mais aussi celui de l’événementiel. Privés de leur public, de nombreux événements ont dû être reportés dans le meilleur des cas voire annulés. Ce secteur compte environ 335 000 emplois et pour que vous puissiez imaginer les conséquences, en 2018, 380 000 événements ont été organisés en France.

Suite à cette situation inédite et urgente, ce sont plus des trois quarts des événements qui ont été annulés ou reportés. Plus de 70% des entreprises du secteur ont dû imposer le chômage technique dans leurs structures. Pour l’ensemble de l’industrie, les pertes dues aux reports et aux annulations s’élèvent à 15 milliards d’euros.

 

2. Et maintenant ?

 

 

À cause de cette situation inédite, le secteur de l’événementiel n’a pas eu le choix que de se réinventer. Pour maintenir leurs événements et affirmer leur présence pendant la crise sanitaire, de nombreuses entreprises ont mis en place des éditions virtuelles de leurs rendez-vous annuels. C’était l’occasion pour les entreprises de prouver leur capacité d’adaptation et de développer de nouvelles solutions digitales pour contrer l’annulation des différents événements suite à la crise.

Dorénavant, après le confinement et pendant cette nouvelle rentrée 2020, les agences d’événementiel proposent à leurs clients de nouvelles alternatives : événements digitaux, événements hybrides, etc. C’est un nouveau marché pour le secteur de l’événementiel. Pour certains communicants, tous les salons ne peuvent malheureusement pas passer au virtuel notamment à cause du fait que les rencontres physiques sont incontournables et ne peuvent être reportées dans un salon virtuel.

L’impact du Covid-19 sur l’événementiel est donc assez rude mais il aura permis aux professionnels du secteur de faire preuve de créativité pour se différencier.

 

Sources : Les Echos ; L’ADN